Produit ajouté (x)
 
Panier (0 produits) Panier (1 produit)
Total produits
Total frais d'envoi  A déterminer
Total (TTC)
Continuer achats

Matraques, Tonfas

Bienvenue dans notre catégorie dédiée aux matraques et aux tonfas (tunkuwa). Nous vous proposons plus de 20 références pour toutes les pratiques ! Vous trouverez des matraques et tonfas en bois, en polypropylène, en polycarbonate mais également des modèles en mousse pour les débutants et les plus jeunes apprenants. En complément, nous avons une gamme de matraques télescopiques. DragonSports vous propose également des housses pour protéger vos tonfas !

Résultats 1 - 24 sur 24.

Matraques, Tonfas

La matraque et le tonfa, quelle différence ?

Une matraque est basiquement un bâton, souvent de la longueur d’un bras fait en bois, en métal, en caoutchouc ou en plastique.
Concernant le tonfa, également appelé tunkuwa, c’est tout simplement une matraque à laquelle il a été ajouté un manche perpendiculaire pour faciliter la prise en main. Le tonfa est le plus souvent en polymère ou en bois.

Toutes deux sont des armes majoritairement connues car ce sont les armes utilisées par les forces de l’ordre, or, elles sont également utilisées dans les arts martiaux.

Point historique
sur la matraque

La matraque est une arme relativement récente qui découle du bâton.
En effet, au 19ème siècle les colons français ont découvert un art martial berbère nommé le « « matrag » ». Il était pratiqué avec un bâton qui jouait le même rôle qu’une épée classique.
Au fil du temps, le bâton en bois a continué son chemin jusqu’à devenir l’arme principale des policiers anglais dans les années 90.
Cette matraque en bois a finalement été victime d’innovations ; c’est pourquoi nous en trouvons plus souvent en caoutchouc ou en métal.
Désormais, la matraque est l’arme de prédilection des policiers car elle permet non seulement l’attaque (pour immobiliser) et le parage d’attaque (auto-défense).

sur le tonfa

Tout comme le nunchaku, le tonfa est une arme née d’une interdiction.
En effet, au Japon dans la région d’Okinawa, les armes ont été interdites aux habitants. Face à cette restriction, les habitants en quête de résistance se sont appropriés des instruments agricoles pour les détourner de leur usage : le tonfa était une poignée de meule à grains, le nunchaku était un fléau (pour battre le blé ou le riz) et le saï était utilisé pour planter les graines et casser les mottes de terre.

Dans les années 70, la police américaine a débarqué sur Okinawa armée de Tanbos (aussi écrit tambos) ; c’est un bâton court cylindrique.
Les policiers, voyant la portée de l'arme, ont décidé de s’inspirer du tonfa d’Okinawa ; c’est ainsi que le tonfa que nous connaissons actuellement s’est démocratisé !

Les avantages de la matraque et du tonfa

Le principal atout de ces armes réside dans le fait qu’elles permettent d’attaquer mais également de parer des coups : même si ce sont des coups avec d’autres armes (non bien sûr vous ne pourrez pas arrêter des balles, sauf si vous êtes super précis !).
De plus, il existe des matraques télescopiques qui se déploient avec un mouvement de poignet ; ce déploiement permet ainsi de surprendre l’adversaire et de le déstabiliser.

Les disciplines utilisant une matraque ou un tonfa (tunkuwa)

Il est à savoir que ce sont des armes qui sont souvent utilisées lors d’entraînements afin de pratiquer du self-défense.
Cependant, le tonfa est une arme très utilisée dans la pratique de kobudo d’Okinawa et de kobudo japonais.
Initialement, le terme « « kobudo » » signifie art martial ancien .
Le kobudo japonais est un art martial intimement relié à la pratique du sabre. Les écoles qui enseignaient cet art martial étaient exclusivement réservées aux samouraïs.

Le kobudo d’Okinawa est quant à lui un art martial qui n’utilise pas des armes de guerre traditionnelles (sabres, épées, lances). Cet art martial préfère l’utilisation d’outils du quotidien, surtout des outils agricoles pour s’en servir d’arme d’auto-défense. Parmi ces armes, nous retrouvons des fléaux à riz (devenus de nos jours des nunchakus), des bâtons ou encore des faucilles.
Le kobudo, qu’il soit japonais ou d’Okinawa, est un art martial riche en armes ; nous pouvons citer plus de 10 armes comme le saï, le nunchaku, l’eku, le tekko, le santsetkukon, le suruchin et bien évidemment le tonfa !